PAS DE SIDA 2020 DANS LES USA DE TRUMP

SOCIETE INTERNATIONALE DU SIDA: RESPECTEZ VOS VALEURS:

PAS DE SIDA 2020 DANS LES USA DE TRUMP

Nous demandons à la IAS d’annoncer immédiatement sa décision de relocaliser SIDA 2020

Telecharger le document ici

Nous sommes HIVPowerShift, une alliance de plusieurs membres appartenants au réseau de personnes vivantes avec le VIH aux États-Unis, et parmi les populations clés ciblées, détenues, déportées et torturées par le régime Trump. Personne ne veut plus d’attention stratégique à cette situation que nous.

Nous reconnaissons le désire de situer SIDA 2020 à San Francisco, pour démontrer les réussites des efforts uniques et bien financés de la ville en matière de VIH ; pour mettre en lumière la ville sœur d’Oakland – moins bien financée – et pour attirer l’attention sur les mauvaises politiques américaines vis-à-vis du Sud des États-Unis mais aussi globalement.

Cependant, nous voulons que vous sachiez ceci: aux États-Unis, nous sommes dans une période particulièrement dangereuse et instable, où les biais et les viols des Droits de l’Homme escalent gravement contre les personnes de couleur, les immigrants, les personnes transgenres, les personnes LGBT et autres populations clés, de façons multiformes et pernicieuses. En 1992, la conférence sur le SIDA a été relocalisée de Boston à Amsterdam à cause des constrictions contre l’entrée du VIH aux USA. Aujourd’hui et Encore une fois, Nous regrettons de vous informer de l’absence de sécurité et de raison éthique pour tenir cette conférence aux États-Unis.

Ni actions politiques, ni normes civiles, ni lois ou accords internationaux, ne peuvent à présent réduire ou mettre fin à cette insurrection de violence fédérale et communautaires aux USA. Malgré les efforts héroïques de plusieurs membres et organisations qui représentent nos communautés, nous resterons ciblés et menacés pour les deux prochaines années.

Plus gravement, on s’attend à ce que ces conditions dangereuses aujourd’hui soient encore plus exacerbées en 2020, lorsque la nation entamera l’année des campagnes présidentielles – surtout que les élections présidentielles envisagées prendront lieu quatre mois seulement après la Conférence Internationale sur le SIDA 2020. En addition, tenir cette conférence aux États-Unis, dans le climat politique actuel, épuisera les ressources déjà limitées dont notre communauté a désespérément besoin pour se mobiliser, plutôt que de renforcer nos efforts.

“La IAS croit qu’il ne suffit pas de simplement plaider pour une réponse au SIDA basée sur les Droits de l’Homme. La protection et la sauvegarde des Droits de l’Homme doivent être intégrées dans tous les aspects de cette réponse – de la recherche à la mise en œuvre, de la politique à la programmation. »- IAS

Si la IAS croit vraiment en ces valeurs, elle ne peut pas tenir la Conférence Internationale sur le SIDA 2020 aux États-Unis:

La Preuve: Chaque jour, un nombre croissant de preuves montre que des États-Unis sous Trump sont volatils, dangereux et particulièrement hostiles aux personnes de couleur, aux prostituées, aux immigrants, aux personnes trans ainsi qu’aux autres populations clés. Les leçons du passé, notamment du SIDA 2012 qui avait eu lieu à Washington DC, montrent que, même sous une présidence favorable, les constrictions d’entrée contre les prostituées et les utilisateurs de drogues ne seront pas levées. Les risques de détention (y compris à l’aéroport de San Francisco), de saisie de ressources, de persécution, de criminalisation et de violence sont élevés.

Les Droits de l’Homme: Les violes contre les Droits de l’Homme augmentent aux États-Unis avec plusieurs exemples tristes et récents: la mort en détention de Roxsana Hernandez, une femme transgenre qui vivait avec le VIH et qui avait demandé refuge aux États-Unis, la séparation des familles qui continue sur la frontière américaine avec le Mexique, et le propos d’utiliser les fonds destinés au VIH pour payer la détention infinie des enfants.

Certains disent qu’il faut tenir cette conférence aux États-Unis pour faire face à la tyrannie. En revanche, il est inacceptable qu’on prenne cette position au détriment des personnes vivantes avec le VIH et des populations clés dans le monde. En addition, ce n’est même pas stratégique – c’est irréel de penser que la conférence attirera l’attention en cette période de crise extrême.

La Responsabilité: Que signifie-t-il d’être responsable à l’ensemble des communautés Américaines et mondiales, quand des groupes entiers de personnes, représentants les communautés les plus touchées par l’épidémie, n’auront aucun accès à la conférence? La communauté VIH a besoin d’un plan de conférence qui est en lui-même résilient et responsable, et non un plan qui certainement sera confronté par d’immenses défis sous un régime violent, non-éthique, et qui ignore toute gouvernance de loi.

L’Inclusion: Tenir cette conférence aux États-Unis sera en contradiction avec tout principe d’inclusion et soumettra nos populations clés à de graves risques de violence, de détention et de persécution. Les constrictions explicites d’entrée empêchent la participation des prostituées (présent et passé) et des consommateurs de drogues. En plus, la majorité des personnes participantes à la conférence sont incapables de voyager loin sur place, ce qui signifie que les événements à Oakland (ville sœur avec une population majoritaire Noire) seront pratiquement inaccessibles.

Le Partenariat: Nous sommes ici pour collaborer en bonne foi avec la IAS et faire le nécessaire afin de relocaliser cette conférence. Tout refus, étant donné les multiples, grands et profonds soucis de la société civile et professionnelle à ce sujet, sera source de discorde; nous pouvons être mieux que ça.

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close